Get Adobe Flash player

Signaler un équidé en détresse

Adhérer ou faire un don

Vous pouvez devenir membre du CHEM ou faire un don en vous rendant sur la rubrique "nous aider", ou en cliquant directement sur le bouton paypal ci-dessous

En faisant un don au CHEM, 66% du montant de celui-ci est déductible de vos impôts. Pour un don de 75€, vous ne paierez réellement que 26€.

Le Chem, partenaire de la fondation 30 Millions d’Amis

Ce partenariat est destiné à renforcer leurs actions dans la protection et la défense des équidés maltraités...

> En savoir plus

visiteurs depuis le 15/01/04

A DAVREY (10)

Le mouroir de Davrey…

Début avril 2006. Nous pensions être au bout de l’hiver et de son lot de misère… Nous sommes contactés par la Direction des Services Vétérinaires de l’Aube pour prendre en charge un troupeau de 23 chevaux et poneys. Nous devons organiser l’enlèvement et l’accueil des animaux en tout juste 4 jours.

 

Les chevaux sont en état de cachexie, à l’exception de l’étalon. Parmi les 15 poneys, la majorité sont maigres, voire squelettiques. Les animaux sont parqués dans des carrés de boue dont le sol est jonché de cadavres. C’est un spectacle de désolation…

Comme nous en avons l’habitude, le propriétaire nie le manque de nourriture et explique le défaut d’état des animaux par un empoisonnement… Il ne fait pas enlever les cadavres, mais encore une fois ce n’est pas sa faute : c’est l’équarisseur qui ne vient pas. Nous savons que 7 chevaux et poneys sont morts durant l’hiver.

Une seule raison pour les personnes présentes ce jour-là de faire abstraction de l’abomination du spectacle auquel elles sont confrontées : elles sont venues pour enlever les survivants, tous les survivants !

Deux transporteurs, ont été réquisitionnés par les services Vétérinaires. Huit gendarmes sont présents et vont nous aider ; cinq personnes des Services Vétérinaires sont également présentes, et, une fois de plus, le CHEM sera représenté par des personnes qui sauront se montrer à la hauteur de la mission qui leur est confiée.

Le retrait des 23 animaux s’est déroulé en seulement 3 heures de temps : tout ce petit monde était enfin dans les camions, extirpé de sa misère et en route pour un avenir meilleur.

Il faut préciser que les poulains et certains poneys étaient sauvages. Tous les animaux étaient apeurés par ce remue-ménage et les conditions dans lesquels ils étaient parqués n’ont pas facilité le travail de nos bénévoles. Le chargement dans les camions s’est malgré tout effectué dans le calme.

Les chevaux les plus mal en point ont eu besoin de temps pour comprendre que désormais ils auraient à manger tous les jours. Une pouliche d’un an souffre d’une ancienne fracture du bassin ; les juments ont des plaies anciennes et infectées aux membres, tous les animaux sont couverts de poux. Il faudra un peu de temps pour pouvoir apporter des soins plus approfondis, mais aujourd’hui tout le monde est en bonne voie de guérison…

Un grand merci également pour les accueils d’urgence. Sans leur aide pour l’hébergement des animaux, nous n’aurions pas pu nous engager dans cette affaire.

À ce jour, tous les poneys sont placés, mais il reste les chevaux, pour lesquels nous n’avons pas encore de famille : merci de penser à eux si vous avez la possibilité d’offrir une vie paisible à l’un des leurs…!

Nous vous laissons juges des conditions dans lesquelles vivaient les animaux et de leur état.

Une plainte est déposée
(voir rubrique Jugements)

 

Que sont-ils devenus ?
Les voir aujourd’hui dans la rubrique GALERIE