Get Adobe Flash player

Signaler un équidé en détresse

Adhérer ou faire un don

Vous pouvez devenir membre du CHEM ou faire un don en vous rendant sur la rubrique "nous aider", ou en cliquant directement sur le bouton paypal ci-dessous

En faisant un don au CHEM, 66% du montant de celui-ci est déductible de vos impôts. Pour un don de 75€, vous ne paierez réellement que 26€.

Le Chem, partenaire de la fondation 30 Millions d’Amis

Ce partenariat est destiné à renforcer leurs actions dans la protection et la défense des équidés maltraités...

> En savoir plus

visiteurs depuis le 15/01/04

Hommages

JORIS

Ce jeune homme de 16 ans nous a quitté en cette fin d’année 2010. Il n’a pas hésité à porter secours à un camarade au prix de sa vie. JORIS était généreux, courageux et toujours prêt à aider les plus faibles… Un cœur énorme et une générosité sans limite qui ont été plus forts que la raison.

 

Une perte indescriptible, un vide immense… aucun mot n’apaisera votre souffrance, nous ne pouvons que souffrir à vos côtés…  Tous les chevaux se joignent à moi pour vous assurer, Nathalie, Alain et tous les proches de JORIS de toute notre gratitude et de notre soutien dans le très grand drame qui vous touche. C’est bien peu de choses mais sachez que la perte de JORIS nous bouleverse. Nous tenons à lui rendre cet hommage.

A JORIS avec toutes nos pensées.

 

 

DELPHINE

Avec beaucoup de tristesse nous avons pris connaissance de son histoire et surtout de son souhait qu’une quête soit organisée et reversée au profit des chevaux maltraités.

Delphine était titulaire du galop 7 et était inscrite au Touring club, elle partageait une très grande complicité avec les chevaux qu’elle montait. Ce lien réservé à ceux qui aiment le cheval avant toute chose, l’animal et non ce qu’ils peuvent en faire. Cette complicité réservée à ceux qui sont à l’écoute et qui respectent cet animal dans son intégrité pure, lui qui sait donner le change à ces gens là.
Bien trop rares.

Si chers à son cœur, Delphine a pensé à eux jusqu’au bout en faisant ce geste si touchant.

Nous adressons nos condoléances et tout notre soutien à sa famille, à Fabien son compagnon, et à tous ses proches. Ce sourire restera gravé dans notre mémoire pour toujours.

A DELPHINE

« Monter à cheval enivre comme le vin. Une fois en selle, on perd la raison et on commence à se balancer comme dans un rêve héroïque. »

Delphine, ton bonheur d’être à cheval était si grand…

Je sais que tu continues à veiller sur tous ceux que tu aimes, comme ces chevaux qui t’ont tant comblé d’affection…

Fabien

 

Cette année 2009 a plutôt mal commencé !

Le CHEM a perdu deux personnes très dévouées à la cause des équidés.

MICHÈLE

Tout d’abord Michèle, ma mère.

Vous êtes nombreux à l’ignorer, mais pour gérer l’administratif du CHEM nous ne sommes que deux bénévoles. C’est une immense charge de travail qui se rajoute à notre vie quotidienne professionnelle et personnelle.

Michèle participait activement, elle mettait le bulletin sous enveloppe, répondait au téléphone ponctuellement, gardait mes treize chevaux quand j’avais besoin de m’absenter… et j’en passe. Bref elle était un maillon essentiel dans mes choix de vie.

 

En effet choisir de s’occuper activement de la cause animale vous écarte du monde, vous devenez « à part », et peu de gens sont fidèles à ce combat que vous menez. Occuper un emploi, héberger treize chevaux, et avoir la charge administrative du CHEM qui est égale a un deuxième emploi, laisse peu de place pour autre chose.

La « maladie », cette saloperie, celle que tout le monde connaît et redoute l’a emporté sans prévenir, sans que nous ayons pu nous y attendre. Présente jusqu’au bout, jusqu’au dernier jour. Me voilà donc un peu « bancale » et démunie. En plus d’être ma mère, c’était une fidèle alliée dans le combat de ma vie.

IRIS

Un malheur n’arrive jamais seul.

Iris a fait irruption par hasard dans ma vie il y a deux ans. Elle s’est intéressée de suite à la cause que je défendais et n’a cessé de chercher comment elle pouvait nous aider. Elle a fait une énorme publicité au CHEM dans sa région.

Il y a un an environ, cette même saloperie lui est tombée dessus. Elle s’est battue avec courage, et au plus fort de sa maladie a continué à nous aider. Elle vendait en permanence des objets de notre boutique, et en permanence le mot est faible. Cette femme emportait avec elle, lors de ses hospitalisations, des objets a vendre.

 

 

Si au quotidien nous croisons les pires lâches que la terre ait porté, nous avons également touché de très près des personnes courageuses et dont le dévouement était sans faille. Alors qu’elle avait d’énormes difficultés d’élocution, entre autres, que sa vie était en danger et que la souffrance physique était omniprésente, Iris n’a cessé de vouloir vendre le plus d’objets possible afin de récolter de l’argent pour les chevaux. Jusqu’au bout !

Si le paradis des chevaux existe, Michèle et Iris y sont aujourd’hui.
Elles vont beaucoup nous manquer.